Foursquare
Trip Advisor
Google+
Facebook
RSS
Instagram
Pinterest
 

La visite de l'espace monumental

L'accès et les Pavillons de Conciergerie Park Güell

L'accès et les Pavillons de Conciergerie

L’entrée principale du Park Güell se trouve au sud, dans la rue d'Olot, depuis laquelle nous pouvons apprécier la spectaculaire scénographie de l’escalier avec la Salle Hypostyle. La clôture de la propriété est réalisée en pierre rustique et est couronnée de céramique et de médaillons qui portent le nom de Park Güell. Les portes en fer, avec une conception en forme de palmier, ne font pas partie du projet original mais proviennent de la Casa Vicens. De part et d’autre se trouvent les deux pavillons qui composaient la conciergerie. Celui de gauche faisait fonction de conciergerie, avec une salle d’attente et une cabine téléphonique, et celui de droite était la résidence du concierge, d'où son nom de Casa del Guarda (Maison du Gardien), qui constitue à présent une partie du Musée d'histoire de Barcelone. Tous les deux présentent des toitures de grande beauté, construites avec la traditionnelle voûte catalane en briques planes, recouverte de pique-assiette céramique.

L'Escalier du Dragon Park Güell

L'Escalier du Dragon

À partir de l'esplanade d'accès à l’ensemble s’élève le double escalier flanqué de deux murs à créneaux qui forment des terrasses sous lesquelles s’ouvrent deux grottes : celle située à droite servait à héberger les chevaux et est supportée par une magnifique colonne centrale en forme conique. L’escalier est organisé par paliers, sur lesquels parcourt l’eau d’une fontaine qui s'alimentait de la citerne située sous la salle hypostyle. Sur le premier palier se trouvent des formes capricieuses, de style grotesque, à mi-escalier se trouve le blason de la Catalogne et plus en haut se trouve le dragon – ou salamandre – avec un recouvrement de pique-assiette, qui est devenu l’image la plus populaire du parc. Sur le dernier tronçon de l’escalier, protégé sous la salle hypostyle, se trouve un banc en forme d’odéon.

La Salle Hypostyle Park Güell

La Salle Hypostyle

Le grand escalier d’accès conduit à la salle hypostyle qui servait de place du marché de l’urbanisation. Elle est composée de 86 colonnes striées s’inspirant de l’ordre dorique. Les plus à l’extérieur s'inclinent, dans un mouvement ondulant et ouvertement contraire aux règles de la composition classique, tout en renforçant la perception de son rôle structurel. La colonnade est couronnée d’un entablement sur lequel se trouve le banc ondulé. Une canalisation disposée en son intérieur recueille l’eau de pluie qui est filtrée depuis la place pour être transvasée dans une grande citerne souterraine, et dont le déversoir est la bouche du dragon de l’escalier. À l’intérieur de la salle, l’absence de colonnes sur certains tronçons crée des espaces qui simulent trois nefs, comme dans un grand temple. Le plafond est composé de petites coupoles construites selon la technique traditionnelle des voûtes en briques planes et ornementées d’originaux panneaux de pique-assiette céramique réalisés par Josep M. Jujol, collaborateur de Gaudí.

Le Théâtre Grec ou Place de la Nature Park Güell

Le Théâtre Grec ou Place de la Nature

Au milieu de la zone monumentale du Park Güell se trouve la grande esplanade que la documentation du projet dénommait Théâtre Grec et qui, plus récemment, a été rebaptisée Place de la Nature. Sa dénomination originale répondait au fait qu’elle avait été planifiée pour la tenue de grands spectacles à l’air libre, qui pouvaient être vus depuis les terrasses qui l’entourent. Bien que Gaudí ait toujours respecté l’orographie du terrain, cette grande place est artificielle. Une partie est creusée dans la roche, tandis que l’autre s’appuie sur la salle hypostyle. Elle est délimitée du côté de l’escalier d'accès par le banc ondulé recouvert de pique-assiette projeté par Josep M. Jujol, qui sert de main courante, et du côté de la montagne par un mur de soutènement s’achevant par de grands chapiteaux qui simulent des palmiers.

Le Portique de la Lavandière Park Güell

Le Portique de la Lavandière

Sur le côté est de la place du Théâtre Grec se trouve une porte en fer originale qui mène vers l’endroit où se trouvaient les jardins de la Casa Larrard, l'ancienne maison seigneuriale que Güell adopte comme sa maison et qui, depuis 1931, est une école. Le parcours, qui circule à un niveau supérieur à celui de la maison, passe par une pinède avec le portique adossé à un grand mur de soutènement élaboré en pierre non travaillée. Le portique adopte la forme d’une grande vague sur des colonnes inclinées, avec une colonne double qui fait fonction de contrefort. Il s’agit de l’un des meilleurs exemples de l’architecture organique que défendait Gaudí. Ce même style  à la fois structurel et esthétique peut être apprécié sur la rampe en colimaçon qui, à la fin du parcours, permet de descendre vers la maison.

Les Jardins d'Autriche Park Güell

Les Jardins d'Autriche

Ce que nous connaissons actuellement comme Jardins d’Autriche était une des zones destinées aux parcelles de l’urbanisation. Quand le Park Güell est devenu un parc public, la zone a été destinée à servir de pépinière municipale. Cette partie de l’espace présente une physionomie bien différente du reste du parc et son nom de Jardins d’Autriche provient du don d’arbres provenant de ce pays, don réalisé en 1977. Le jardin offre de belles vues, et nous pouvons observer, depuis son centre, les deux maisons qui ont été bâties à l’époque d’Eusebi Güell, celle de l’avocat Martí Trias i Domènech, projetée par l’architecte Juli Batllevell, et la maison pilote de l’urbanisation, œuvre de Francesc Berenguer, achetée par la suite par la famille Gaudí pour en faire sa résidence et constituant actuellement la maison-musée Gaudí.

Les Rues, Chemins et Viaducs Park Güell

Les Rues, Chemins et Viaducs

Hors de la zone monumentale de la partie centrale de l’espace, en allant vers l’est, vers la sortie de la route du Carmel, nous traversons le Pont de Baix, qui est le premier des viaducs du réseau de chemins qui aidaient à franchir la topographie et qui relient les différentes parties du parc. Gaudí a projeté trois viaducs de cinq mètres de largeur qui, serpentant vers le haut de la montagne, conduisaient les voitures à cheval de l’entrée principale, dans la rue d'Olot, à  la partie haute de l’urbanisation, la Turó de Tres Creus (butte des trois croix). Ils sont connus sous le nom de Pont de Baix, Pont del Mig et Pont de Dalt (pont d’en bas, pont du milieu et pont d’en haut) et cette dénomination existait déjà sur les premières cartes postales du parc. Ils sont suspendus sur une structure de colonnes inclinées et de voûtes faites avec des pierres non dégrossies provenant du propre terrain. Sur leur partie supérieure, les mains courantes sont couronnées de pots à fleurs avec de la végétation.

L’autre artère importante de l’urbanisation est la rue transversale, d’une largeur de dix mètres, qui relie la route du Carmel et la sortie par Sant Josep de la Muntanya, tout en longeant par en haut la grande place. De plus, Gaudí a projeté des chemins de trois mètres de largeur pour les piétons et des raccourcis avec des escaliers et des pentes qui permettaient un accès direct aux différentes parcelles.

Auteur

Logo Museu d'Història de Barcelona

Textes de Joan Roca i Albert (directeur de MUHBA), Mireia Freixa (professeur à l'Université de Barcelone) et Mar Leniz (architecte)

 
Achetez vos billets individuels
Achetez vos billets de groupes organisés
Horaires et tarifs
Accéder à la carte
Questions fréquentes
 
Foursquare
Trip Advisor
Google+
Facebook
RSS
Instagram
Pinterest
Els continguts d'aquest web estan subjectes a una
llicència de Creative Commons si no s'indica el contrari